Son dernier anniversaire à 1 chiffre

Bonjour bonjour,

Mon grand bonhomme fête 9 ans. 9 ans ! déjà… C’est fou comme le temps passe.

Je me souviens précisément, heure par heure ce qui s’est passé, je me souviens les émotions, le papa en perms depuis quelques heures pour plusieurs semaines. Le repas de la veille dans un resto chinois absolument ignoble tant gustativement que douteux pour la propreté, du centre ville de Toulon. Le retour à pieds dans notre 40m2 de l’entrée de Saint Jean. Cette semaine avait été bien difficile mais j’avais choisi d’être heureuse malgré les bâtons dans les roues ! Le jour de ta naissance nous étions invités à dîner des bolognaises chez ma copine.

Je me rappelle très bien encore mon insomnie qui m’avait semblée si longue, me privant de sommeil, si j’avais su… Ne pas faire de bruit pour ne pas réveiller ton papa, le laisser se reposer surtout. Et puis, la toute première contraction, celle qui dit « c’est parti ! » Celle que tu n’oses plus attendre. Attendre encore un peu, laisser les choses se faire. Et finalement le réveiller parce que visiblement oui c’est bien pour aujourd’hui. Arriver à pieds à la clinique et entendre le « c’est bien pour aujourd’hui » la plus belle phrase de ma vie. Alors non, ce ne fut pas un bel accouchement car voir ton corps inerte, ton papa n’a pas pu couper le cordon, ils t’ont emmené, je ne comprenais rien. Et t’entendre enfin pleurer. Te trouver si beau ! Je me souviens bien cette première nuit durant laquelle rien ne t’apaisait, seul le retour au petit matin de ton papa t’avait calmé et instantanément tu avais trouvé le sommeil. Le manque d’empathie du personnel hospitalier, j’étais si déboussolée. Mais je crois que ça m’a rendu plus forte aussi. Tu nous a tellement fait évoluer !

Oh oui, notre vie a changé, notre tout premier né ! Tu nous a changé, nous découvrons tout avec toi et whaou, quelle aventure d’être tes parents. Tu ressembles tellement à ton papa c’est drôle, déstabilisant pour certains même. Mais tu as ta personnalité bien à toi. T’entendre rire, pleurer de rire même avec Chouchou et nous entraîner tous dans tes fou-rire. Et quand tu pleures, rarement, j’ai l’impression de te revoir bébé. D’ailleurs, ton petit clone a la même tête que toi c’est si drôle ! Il est ton double, crie ton prénom dès qu’il ouvre les yeux. Tu es le premier, celui qui a fait de nous tes parents, de moi une maman, ta maman. Quelle chance ! Ce n’est pas facile même si de plus en plus.

Cette année t’offrir tes cadeaux et te voir lire ton Ferao et ton Mowgli, plus rien ne comptait mon petit loup. Je te vois grandir, t’affirmer, commencer à poser tes choix même si tu as besoin de notre approbation. Mon petit garçon, plus si petit nous sommes très fiers, je suis très fière. Ta vie a rempli la mienne depuis ce jour de ta naissance et même bien avant. Merci pour ta vie qui nous fait grandir un peu plus chaque jour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s